Le poids des nuages

Inspiré de l’univers de Jules Verne, c’est une exploration de l’impalpable, de la mémoire et du temps.
Un homme chute pendant une ascen- sion. Il a traversé quelque chose et se réveille ailleurs, comme à coté de lui-même.

Un passage s’est ouvert dans sa mémoire et ses souvenirs lui échappent peu à peu.

En tentant de les rattraper, il se rend compte que ce passage n’a pas seule- ment prit des choses…
Il prend conscience qu’il n’est pas seul dans ce carrefour intemporel.

Deux personnages nous partagent une épopée dans le dédale d’une mémoire qui se réinvente.
À bord de ce vaisseau des possibles, ils cherchent à bâtir leur porte de sortie.

Dans ce projet, Damien Droin souhaite explorer 2 axes :

Notre rapport aux souvenirs et à la mémoire. J’ai envie d’aller chercher les sensations que peut procurer la découverte de souvenirs qui ne nous appartiennent plus.
J’ai commencé à proposer à des auteurs d’écrire ces souvenirs de vie perdus, qui donneront un cadre dramaturgique à l’écriture acrobatique.

L’autre. Partir d’un personnage attiré par le vide, qui cherche le contact, qui chute et remonte encore. Jusqu’au moment où une porte s’ouvre dans le vide. Il est passé de l’autre côté. Lui est en dessous et l’autre est au dessus.

Dans un espace onirique, deux individus tissent entre eux d’étonnantes relations et se retrouvent embarquées dans les mouvements d’une mémoire tourmentée. Deux acrobates nous transportent, nous interrogent sur la mémoire collective, la difficulté de l’ancrage, la perte de repères et la remise en question de la réalité.

Co-production

Accueil en résidence

Subventionné par

Avec le soutien précieux de

Fondation-Ecart-Pomaret-soutient-hors-surface